vitrail
vitrail
vitrail
Accueil  -  Contact  -  Liens  -  Glossaire du vitrail - Suivez Infovitrail sur Twitter  -   Suivez Infovitrail sur Facebook  -  
Décoration sur verre/
techniques de décoration
la peinture sur verre
les grisailles
les émaux
le jaune d'argent
sanguine, Jean Cousin
techniques de peinture
la cuisson des peintures
la gravure à l'acide
le sablage du verre
le verre givré
le thermoformage
le bombage du verre
le fusing
le bouchardage du verre
l'argenture sur verre
les fours
la sérigraphie
Fabrication du vitrail/
introduction au vitrail
la conception d'un vitrail
le calcul des surfaces
les mesures d'un vitrail
le tracé d'un vitrail
le calibrage d'un vitrail
la coupe d'un vitrail
le sertissage d'un vitrail
le plomb des vitraux
le soudage d'un vitrail
le masticage d'un vitrail
les vitreries
Verre /
l'Histoire du verre
l'état physique du verre
les propriétés du verre
la composition du verre
les colorants du verre
la fonte du verre
la fabrication du verre
les fours à pots
les fours à bassin
la recuisson du verre
températures de travail
les types de verre
la trempe du verre
les fibres de verre
Conservation vitraux/
altération des vitraux
altération vitraux médiévaux
vitraux de Reims en 1918
Architecture & vitrail/
les fonctions d'un vitrail
clôture de l’édifice
appellations d'un vitrail
repérage baies vitrail
numérotation vitrail
description de la baie
division de la baie
les armatures d'un vitrail
la pose d'un vitrail
la dépose d'un vitrail
Glossaire du vitrail/
A B C D E F G H I J K L
M N O P Q R S T U V
Infos du vitrail/
Annonces du vitrail
Ateliers de vitrail
Fournisseurs du vitrail
Evènements du vitrail
Publications du vitrail
Actualités du vitrail
0rganismes du vitrail
Associations du vitrail
Lieux d'exposition vitrail
Formations publiques
Formations hors France
Vitraux du monde
Galeries vitrail/
archives
 Le fusing
Cette technique était déjà pratiquée 1500 ans av/JC dans la fabrication d'objets en verre. Au début de note ère, elle fut remplacée par le soufflage. Le verre travaillé au four réapparut en Europe autour de 1870.

Définition :
Le « fusionnage » ou « fusing » consiste à assembler des morceaux de verre superposés dont l’ensemble est porté dans un four à son point de fusion pour former une seule pièce homogène.
Le verre obtenu peut être thermoformé (à condition qu'il ait été bien recuit) ; dans ce cas, la technique est appelée « slumping ».

La difficulté du fusing consiste à maîtriser la cuisson des pièces pour éviter l'apparition des tensions dans la matière. Pour cela, il faut tenir compte de la nature des verres que l'on fusionne.

La compatibilité des verres :
Les verres utilisés doivent être compatibles ; pour cela, ils appartiennent à une même catégorie et possède le même coefficient de dilatation. Ils sont disponibles sous diverses formes : feuilles de verre, verre concassé de granulométries variées (frittes), fil de verre (stringers).
Même si les verres sont compatibles, il peut y avoir des contraintes thermiques. Un verre plus coloré s'échauffe plus. La température des verres n'est donc pas identique, d’où l’apparition de tensions lors du refroidissement.
Les tensions du verre peuvent être mesurées avec un stressomètre.

La technique :
On utilise des fours pouvant monter jusqu’à 1000°C.
Elle consiste à utiliser une plaque de verre appelée « base » puis de superposer d’autres morceaux de différentes couleurs en fonction du résultat souhaité.
Pour éviter que le verre ne casse au contact de la sole du four, on emploie un séparateur (plâtre déshydraté, papier de fibre céramique, poudre à base de silicate d'alumine) car le coefficient de dilatation des deux matières est différent.
Pour éviter que le verre ne perde son aspect brillant pendant la cuisson, on vaporise sur la surface un anti-dévitrificateur (solution à base de borax) qui évite la dévitrification.

La recuisson :
Elle sert à éliminer les tensions moléculaires qui apparaissent lors du refroidissement.
On peut refroidir le verre rapidement sans dommage jusqu'à 550°C, puis exécuter la recuisson. Ce palier se situe en dessous du point de ramollissement et donc en dessous des paliers de travail. A environ 500°C, on doit respecter une durée déterminée par l’épaisseur de la pièce.
Si le four est muni d’un programmateur, on peut définir une courbe de cuisson précise.
Sinon, la descente de température s’opère en ouvrant la porte du four pour laisser s’échapper la chaleur accumulée par les pièces. Lorsque l'on a atteind la température adéquate, on maintient cette chaleur pendant la durée nécessaire.

Conduite d'une cuisson :
- Exemple pour un verre de 7mm d’épaisseur :

Palierst°CDurée
n°10 à 520Temps = 7,5 x e + 7,5 = 7,5 x 7 mm + 7,5 = 60mn
n°2520 à 830Puissance maximale du four
n°3830 à 532Inertie du four
n°4532Temps = 43 x e - 150 = 43 x 7mm - 150 = 151 mn
n°5532 à 450Temps = 43 x e - 150 = 43 x 7mm - 150 = 151 mn
n°6450Descente suivant l'inertie du four

Résolution de quelques problèmes :
- Le verre casse :

  • Il n'y a pas assez de séparateur.
  • Le verre en coulant autour de la plaque d'enfournement a créé des tensions.
- Film blanc sur la surface du verre :
  • La plaque d'enfournement n'était pas assez sèche avant la cuisson.
  • La température est trop élevée pour ce genre de séparateur.
  • Le verre est trop cuit.
- Dévitrification :
  • La montée en température n'a pas été assez rapide.
  • Il n'y a pas assez d’anti-dévitrifiant sur les verres avant la cuisson.
-Bulles :
  • Le séparateur n'est pas assez sec.
  • Il n'y a pas assez ou trop de séparateur.
  • Entassement des morceaux de verre en emprisonnant de l'air en grandes quantités.
  • La montée en température a été trop rapide.


Accueil   |   Contact   |   Liens   |   Remerciements   |   Hébergement   |   Informations légales   |   Info stained glass   |   Forum    23/04/2014 11:19:51 PCA