vitrail
vitrail
vitrail
Accueil  -  Contact  -  Liens  -  Glossaire du vitrail - Suivez Infovitrail sur Twitter  -   Suivez Infovitrail sur Facebook  -  
Décoration sur verre/
techniques de décoration
la peinture sur verre
les grisailles
les émaux
le jaune d'argent
sanguine, Jean Cousin
techniques de peinture
la cuisson des peintures
la gravure à l'acide
le sablage du verre
le verre givré
le thermoformage
le bombage du verre
le fusing
le bouchardage du verre
l'argenture sur verre
les fours
la sérigraphie
Fabrication du vitrail/
introduction au vitrail
la conception d'un vitrail
le calcul des surfaces
les mesures d'un vitrail
le tracé d'un vitrail
le calibrage d'un vitrail
la coupe d'un vitrail
le sertissage d'un vitrail
le plomb des vitraux
le soudage d'un vitrail
le masticage d'un vitrail
les vitreries
Verre /
l'Histoire du verre
l'état physique du verre
les propriétés du verre
la composition du verre
les colorants du verre
la fonte du verre
la fabrication du verre
les fours à pots
les fours à bassin
la recuisson du verre
températures de travail
les types de verre
la trempe du verre
les fibres de verre
Conservation vitraux/
altération des vitraux
altération vitraux médiévaux
vitraux de Reims en 1918
Architecture & vitrail/
les fonctions d'un vitrail
clôture de l’édifice
appellations d'un vitrail
repérage baies vitrail
numérotation vitrail
description de la baie
division de la baie
les armatures d'un vitrail
la pose d'un vitrail
la dépose d'un vitrail
Glossaire du vitrail/
A B C D E F G H I J K L
M N O P Q R S T U V
Infos du vitrail/
Annonces du vitrail
Ateliers de vitrail
Fournisseurs du vitrail
Evènements du vitrail
Publications du vitrail
Actualités du vitrail
0rganismes du vitrail
Associations du vitrail
Lieux d'exposition vitrail
Formations publiques
Formations hors France
Vitraux du monde
Galeries vitrail/
archives
 La cuisson des peintures vitrifiables
La cuisson intervient après l'application des peintures. Ce traitement est déterminant pour la pérennité du travail des peintres car il doit le fixer définitivement.
Une pièce peut nécessiter plusieurs cuissons, soit avec le même produit pour obtenir différents effets (textures, transparences), soit avec d'autres produits dont la température de cuisson diffère. Il faut néanmoins limiter la succession des cuissons sur un même verre.

La cuisson des grisailles :
Les grisailles doivent être cuites à la température de ramollissement du verre (environ 610°C). Pour un verre à vitre et un verre soufflé les températures ne seront pas les mêmes. On peut utiliser une montre faite dans le même verre que celui que l'on cuit et arrêter la cuisson lorsqu'elle se déforme.
La baisse d'intensité d'une grisaille à la cuisson est due à son fondant qui, d'une poudre opaque, passe à un état de verre transparent.

La cuisson du jaune d'argent :
Elle a lieu à partir de 580°C puis, suivant la durée, les ions argent se coagulent et deviennent forts. Il n'est pas utile de cuire trop fort car la couleur est atteinte un peu avant la température de ramollissement du verre.
L'argent pénètre le verre support, il le teinte, et il ne reste rien à la surface du verre excepté le support neutre qui est éliminé par grattage après la cuisson.

La cuisson des émaux :
Elle a lieu à partir de 550°C. En théorie les émaux ne doivent pas être cuits aussi haut que les grisailles mais certains se nappent mieux à plus haute température.
Les verres ne doivent pas être posés face émaillée contre le plâtre ou la plaque du four, même en seconde cuisson, car l'émail, au moment du ramollissement, accroche les particules qui se trouvent en contact avec lui.

Pour le défournement il faut attendre le refroidissement du four complet ou partiel au moins en dessous de 70°C.

Une fournée de pièces émaillées prête à commencer.

Accueil   |   Contact   |   Liens   |   Remerciements   |   Hébergement   |   Informations légales   |   Info stained glass   |   Forum    24/04/2014 02:11:34 PCA